Accueil du site> Le suivi technique > Découpage en Unités de Gestion

Découpage en Unités de Gestion

Toute opération de gestion d’une espèce animale nécessite d’effectuer des suivis et de fixer des objectifs à l’échelle de la population. Pour des espèces occupant la totalité du département, la distinction de population n’est possible qu’à partir d’un découpage biogéographique du territoire qui correspond à des particularités de fonctionnement.

Les différents partages administratifs d’un département (communes, cantons, circonscriptions…) ne peuvent évidemment pas satisfaire les partenaires agissant dans le domaine de la gestion de la faune.

Dès 1996, un premier zonage avait été avancé pour travailler sur le plan de chasse chevreuil, puis en 1998 pour le sanglier lors de la mise en place du programme départemental relatif à cette espèce.

Il est très rapidement apparu indispensable d’obtenir un découpage commun à toutes les espèces et de baser ce nouveau zonage sur une analyse pertinente des milieux.
Ainsi, une base de données agricole, sylvicole, phytosociologique, pédologique et hydrologique a été établie pour chaque commune. Le nouveau découpage en Unités de Gestion est le fruit d’une analyse statistique multifactorielle (AFC validée par l’UFR Sciences d’Anglet) permettant un regroupement des communes ayant de fortes ressemblances quant aux critères précités.

Ce découpage a été finalisé par la prise en compte des principales infrastructures routières et ferroviaires pour aboutir à la distinction de 15 Unités de Gestion variant de 10 300 ha (Piémont) à 135 725 ha (Haute Lande).

Pour chaque UG, un descriptif succinct est établi en tenant compte, entre autres, des caractéristiques concernant le taux de boisement et la SAU (surface agricole utile)/exploitation :

Born (UG 1) :

à vocation de production forestière, présence de vastes zones humides et étangs, zone dunaire dans le territoire du Centre d’Essai des Landes (17000 ha), population humaine forte.

Lande de l’Ouest (UG 2) et Haute Lande (UG 3) :

à vocation de production forestière, pinède traversée par des forêts galeries, mais présence de vastes domaines agricoles avec développement de cultures légumières et horticoles. Faible population humaine. Ces deux unités ont été séparées du fait de la présence de l’axe auto routier A 63.

Marensin Centre Littoral (UG 4) :

à vocation de production forestière avec des secteurs dunaires importants, présence de zones humides. Population humaine forte et activités touristiques.

Pays Morcenais (UG 5) :

à vocation de production forestière mais part des espaces agricoles plus importants (20% à 35%) et surtout plus morcelés. Population humaine moyenne. Présence de la Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage d’Arjuzanx.

Zone intermédiaire (UG 6) :

secteur de transition entre la zone forestière et agricole, avec des milieux diversifiés. Population humaine moyenne.

Marsan Roquefortais (UG 7) :

à vocation de production forestière mais part des espaces agricoles plus importants (20% à 35%) et surtout plus morcelés. Sous bois riches en feuillus. Population humaine faible en général à forte en périphérie de Mont de Marsan.

Lande du Nord-Est (UG 8) :

caractéristiques et vocations similaires à la Haute Lande mais sous bois plus riches en feuillus et présence du camp militaire du Poteau.

Armagnac (UG 9) :

secteur à vocation agricole dont des vignes, taux de boisement proche de 40%, boisements de feuillus. Population humaine moyenne.

Tursan (UG 10) :

secteur à vocation agricole dont des vignes, taux de boisement proche de 20%, boisements de feuillus. Population humaine moyenne.

Chalosse (UG 11) Piémont (UG 12) Chalosse Ouest (UG 13) :

secteur à vocation agricole taux de boisement proche de 20%, boisements de feuillus. Population humaine moyenne.

Pays de Seignanx, d’Orthe et des Gaves (UG 14) :

secteur à vocation agricole dont des productions fruitières (kiwi…), taux de boisement proche de 40%, boisements de feuillus. Population humaine forte.

Maremne Moyen-Adour (UG 15) :

secteur de transition entre le littoral sud (forestier) et le Seignanx (agricole). Taux de boisement proche de 60%, peu de feuillus. Population humaine forte. Réseau routier important.

Inscrivez votre mail pour recevoir la newsletter de la FDC des Landes.




© 2010 - Fédération départementale des Chasseurs des Landes
Conception, réalisation /// KAYA