A.C.G.E.L.B.

Association des Chasseurs Gestionnaires de l’Environnement Lacustre du Born

Président : Alain HALIBERT

Adresse : Route de Pontenx - 40160 PARENTIS EN BORN

Téléphone : 06 82 06 33 20

Site Internet : http://acgelb.free.fr

Contact : acgelb laposte.net


L’A. C. G. E. L. B a été créée en 1985 par une équipe de passionnés avec pour principal but de réhabiliter les marais lacustres de sept communes du Born (Aureilhan, Biscarrosse, Gastes, Mimizan, Parentis, Sainte-Eulalie et Sanguinet).. Pour ce faire, elle clôture des zones humides sur les bords des lacs, et lâche dans les parcs ainsi constitués du bétail pour y pratiquer un élevage extensif. Cette clôture est constituée de piquets en acacia, renforcée par des piquets en acier tous les 30 mètres, et munie de quatre rangées de barbelés et de passages piétons tous les 250 mètres. Ces passages piétons sont également faits en acier. L’accès aux rives des lacs est ainsi préservé. Ce procédé permet de restaurer les anciennes prairies lacustres dans l’état dans lequel elles se trouvaient avant la déprise agricole des années 70.

Nous avons ainsi, depuis maintenant 24 ans, équipé six parcs représentant 300 hectares de zones humides dont 90 de prairies sur cinq communes. Notre dernière réalisation en cours est un parc d’hivernage du bétail d’une superficie de 61 hectares dont 55 de prairies sèches.

JPEG - 111.3 ko
Prairies humides réhabilitées

D’autre part, dans un esprit de protection sur la durée, nous avons signé avec les communes propriétaires des conventions d’occupation des sols de 12 ans devant notaire avec tacite reconduction par lesquelles les parties prenantes s’engagent à maintenir les sites en l’état dans lequel ils ont été restaurés.

Bien entendu, il nous a fallu régler le financement d’une telle action sur une telle durée. Pour cela, nous avons du faire preuve de beaucoup d’originalité. Les premières années, nous n’avons quasiment pas bénéficié de subvention, à l’exception notable de la fédération des chasseurs des Landes. Aussi, nous avons du organiser des festivités pour assurer notre développement. Mais après quelques années d’existence, les municipalités nous ont apporté un soutien financier, puis le Conseil Général des Landes et enfin le Conseil Régional d’Aquitaine. Dans les mêmes périodes, nous avons eu recours à l’aide des TUC, puis des CES et enfin Emploi Jeune. A la fin de la période de 5 ans de cette formule, nous avons pu établir un système de financement, avec notamment l’Agence de l’Eau Adour Garonne et la Communauté des Communes des Grands Lacs, qui nous a permis de pérenniser son poste, et de l’embaucher en CDI. Mais pour avoir réussi cela, il nous faut saluer le soutien extraordinaire du service technique de la fédération des chasseurs des Landes dans la constitution du dossier, et dire que tout ceci n’aurait pas été possible sans le financement de l’Agence de l’Eau Adour Garonne, de la Communauté des communes des Grands Lacs et d’une entreprise locale. Bien entendu, il est très difficile de résumer 25 ans de travail, mais nous devons également citer le soutien des communes par la mise à disposition de matériels et de personnels.

Pour permettre à notre employé de se déplacer et effectuer l’entretien des prairies, nous avons réussi à nous doter d’un véhicule 4 x 4 et de deux tracteurs forestiers de 115 et 140 CV ainsi que de matériels portables.

Sur les deux principaux parcs, Biscarrosse et Sanguinet, nous avons monté des granges qui servent d’abri au bétail et de réserve de nourriture.

JPEG - 104.5 ko
Highland Cattle en pature

Notre action est régulièrement plébiscitée par les élus locaux, départementaux et régionaux. Nos parcs, dans lesquels évoluent des vaches de race Highland Cattle, Blonde d’Aquitaine et Noires des Pyrennées, des poneys New Forest et quelques ânes, reçoivent des visites quotidiennes de familles qui viennent rechercher une image apaisante de nos côtes lacustres. Ce bétail introduit dans les parcs appartient à des éleveurs qui ont signé une convention avec l’association. Nous avons également une mission de vulgarisation auprès des lycées, et les universités nous envoient fréquemment des étudiants en écologie ou environnement.

Il convient de mentionner le suivi floristique et faunistique réalisé par l’Université de Bordeaux. Celui ci a démontré une augmentation de la diversité floristique, une diminution des espèces de grande taille comme la molinie et le piment royal, une multiplication de certaines espèces comme la droséra à feuille intermédiaire et le rhynchospore blanc, mais également l’apparition de nouvelles espèces telles que le rhynchospore brun et l’agrostide des chiens. Le recencement global concerne plus de 180 espèces végétales dont 20% étant d’intérêt patrimonial, le tout étant considéré comme une conséquence de notre action.

Nous nous préoccupons également du futur de notre association. A ce titre, nous devons évoquer les conventions d’occupation des sols que nous avons signées dès 1992 avec les municipalités propriétaires des terrains pour une durée de 12 ans renouvelable, dont un des objectifs était déjà de préserver les réalisations et les sites. Le développement harmonieux de notre association est passé par de tels engagements, et nous continuons, chaque fois que cela est possible à signer des conventions, telles que celle que nous venons de signer au sujet de la lutte contre les plantes invasives.

Nous avons également en projet pour les deux années à venir la création d’un nouveau parc sur la commune de Mimizan.

Dans un souci de vulgarisation, nous avons réalisé un CD comprenant des photographies aériennes des lieux sur lesquels nous intervenons, et nous avons également créé un site Internet régulièrement mis à jour.

Nous attachons aussi une grande importance au fait que les jeunes puissent chasser le gibier d’eau. Du fait de l’urbanisation, il est extrêmement difficile à un jeune chasseur d’élever des appelants chez lui. Nous engageons donc une action avec la municipalité de Biscarrosse pour pouvoir installer des parcs situés à proximité des lacs où chacun pourra installer et élever ses appelants dans de bonnes conditions d’hygiène.

Notre entreprise n’est faite que de bénévolat. Il est important pour qu’elle survive que tous y trouvent un intérêt, et plus particulièrement les jeunes. Depuis sa création, beaucoup de membres se sont succédés, et nous ne sommes plus beaucoup du groupe d’origine, mais nous avons la chance de voir des jeunes et moins jeunes nous rejoindre, séduits par la qualité de notre action et le respect qu’elle suscite auprès de tous. Il est d’ailleurs remarquable de constater que certains de nos membres les plus ardents ne sont pas chasseurs. C’est avec un tel engagement que nous réussissons à préserver les sites et défendre l’idée d’une chasse durable et équitable.

Inscrivez votre mail pour recevoir la newsletter de la FDC des Landes.




© 2010 - Fédération départementale des Chasseurs des Landes
Conception, réalisation /// KAYA